Home Non classé ADIEU Mustapha DASSOUKINE : Un Humour d’exception

ADIEU Mustapha DASSOUKINE : Un Humour d’exception

by Mustapha Maghriti

Non seulement le monde de de l’art et de la comédie  Marocain est en deuil, mais aussi les téléspectateurs Marocains, la Grande émotion du décès du grand comédien Mustapha DASSOUKINE qui s’est éteint  hier Samedi 6 Juillet 2024 à Casablanca à l’âge de 82 chandelles.

Connu du grand public, ces arlequinades étaient satiriques, il était doté d’une grande clownerie et d’une farce sans égale.

Né le 14 juillet 1942 à Derb Soltane dans la capitale économique plus précisément à Derb Kalouti, nourri dans le sérail de la comédie d’un quartier populaire, très connu par de célèbres comédiens et artistes.

Le virus de la comédie lui a été transmis en 1961 lorsqu’il rejoint la célèbre troupe «Masrah Ennas» de feu Taïb Saddiki, puis la troupe d’Abdeladim Chennaoui «Al Okhoua Arabia». Il est connu pour ses rôles de comédie à succès, avec son  acolyte avec  Mustapha  Zaari.

Pertinemment avec Mustapha Zaâri, un autre brillant acteur du même quartier, tout comme Naïma Machnou, Mohamed Khalfi et Mustapha Toumi, il forma l’un des duos humoristiques emblématiques de la comédie Marocaine.

Je n’ai malheureusement jamais rencontré Mustapha DASSOUKINE, cependant je l’ai côtoyé à travers ses farces et comédies burlesques, caricaturales et clownesques au Théâtre, sur le petit écran dans feuilletons, séries et sitcoms.

La pièce théâtrale que je n’oublierai à jamais de Mustapha DASSOUKINE alors que j’ai été encore étudiant est « ALMOUDIR ALJADID » avec Feu NOUREDDINE BIKR et «  Kari Hankou » en 1991 à côté de NOUREDDINE BIKR, Hmmadi Ammor, ADELATIF Hilal.

En outre, le comédien s’est illustré, entre autres, par ses rôles dans de nombreuses pièces, tant avec la troupe du “Théâtre national Mohammed V” qu’avec « Masrah Al Yaoum », dont “Allah yaddina fddou”, « goulou laam zine » et “bent al kharraz”.

Figure emblématique du grand père des Arts, le théâtre. Pour pièce à conviction, le public Marocain se souviendra durant les années 1970 de Mustapha DASSOUKINE  avec ses farces sur les cassettes Audio à côté de Mustapha  Zaari.

En sus, Mustapha DASSOUKINE  a été connu notamment pour son rôle dans des séries télévisées et dans plusieurs feuilletons, dont « seta men setine », « doumoue arrijal”(les larmes des hommes), « khamsa o khmis », « chouk sedra”, ou encore les sticoms “nssib lhaj Azouz”, “la famille de Ssi marbouh” et “al haribane” (les fugitifs).

Aussi, il brilla  avec des films comme «Feu vert» d’Abdellah Mesbahi, «Le Tourbillon – Moi l’artiste» d’Abdellah Zerouali, «Al jamra» de Farida Bourquia (1982), et «Hors zone» de Noureddine Douguenna.

La disparition de Mustapha DASSOUKINE  a suscité un grand émoi parmi la famille artistique, les professionnels des médias et surtout chez le grand public, comme le démontrent les larges réactions de sympathie sur les réseaux sociaux.

Le Public Marocain, la presse écrite et audiovisuelle ici au Maroc et ailleurs se remémoreront d’un comédien qui avait le cœur sur la main, altruiste qui a transmis les dédales de ses sketchs et ses gags qu’il savait manier avec habileté et maestria à toute une progéniture de comédiens.

De l’avis de ceux qui l’ont côtoyé, Mustapha DASSOUKINE  était une hybridation de philanthropie, de rigueur professionnelle, d’activisme, de pragmatisme, artiste dans l’âme, apprécié pour ses qualités humaines et professionnelles, marqué les esprits tant par son humour que par son engagement.

Ce n’est pas seulement sa famille qui a perdu Mustapha DASSOUKINE  , c’est tout le Maroc, sa famille artistique et à l’ensemble des fans qui ont perdu Mustapha DASSOUKINE  , un comédien d’une grande exception, d’un grand talent qui a jalonné la scène artistique par sa créativité, son style, ainsi que les rôles qu’il a interprétés et qui resteront gravés à jamais dans le répertoire artistique Marocain.

S’il y a un cercle des poètes disparus, tout aussi, il ya un cercle des comédiens disparus, lui, Mustapha DASSOUKINE  en fait partie. Certes, il nous a quittés, mais ses gags, ses scènes caricaturistes resteront immortelles et indélébiles. A DIEU Mustapha DASSOUKINE.

Print Friendly, PDF & Email

You may also like

Leave a Comment